Caraval, ou se perdre dans un labyrinthe d’incertitudes 

/B​ienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il sagit d’un jeu.. Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà du portail est réel, mais ce n’est qu’illusions. Prenez gare à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques , mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne s’en réveille pas../
Prenez garde à ce livre, à ne pas trop vous laisser emporter, car après y avoir été aspiré, il est très difficile de s’échapper du monde, ou plutôt même de l’univers qu’a crée Stéphanie Garber. Plus je lis de livres et plus je suis fascinée par la capacité qu’ont les humains à imaginer de si grandes choses, mais aussi et surtout, à réussir à les mettre à l’écrit. C’est un exploit que de parvenir à mettre en mots l’élément sans fin qu’est l’imagination. Ce serait comme matérialiser l’infini. Et c’est ce que fait Stéphanie Garber dans son ouvrage à la hauteur d’une autre auteure que j’apprécie énormément, Christelle Dabos. Caraval et la passe miroir sont aux opposés mais pourtant le détail de chacun de ces imaginaires m’a paru intéressant et semblable. Deux gouffres de beauté, deux lieux magnifiquement décalés où se perdre. 

On évolue avec l’héroïne comme on peut le faire dans les oeuvres de Christelle Dabos, on la voit changer peu à peu, devenir plus qu’un simple personnage de livre. Scarlette est très attachante mais peut également être agaçante par certains moments, ce qui me fait aimer d’avantage sa personnalité, qui est d’autant plus réaliste. En effet on s’y identifie de par ses erreurs, de par son indécision et aussi de par le fait qu’elle ne sait pas vraiment qui elle est. Chaque personnage est aussi mystérieux que le spectacle qui s’offre à nous au fil des pages, et le jeu Caraval est comme une métaphore du livre lui même. On se perd réellement en lui, et l’auteure fait tout pour nous convaincre que ce qui se déroule sous nos yeux, ce qui coule le long de ces lignes, est réel. Et on veut bien la croire. Parce que c’est notre réalité à l’instant de la lecture, et que cette réalité est aussi perturbante que fantastique.

Publicités

Rebecca Kean

Rebecca Kean est une série de livres de 5 tomes pour l’instant par Cassandra O’ Donnell. Je dis pour l’instant parce que j’attend avec impatience le prochain tome qui paraîtra apparemment le 29 Mars 2017. L’attente est plus qu’insoutenable. Cette série de livres a dépassé de loin mes attentes et je peux dire qu’actuellement ce sont mes livres favoris. Même si mon auteur favorite reste encore et toujours Tahereh Mafi, l’auteur d’Insaisissables, Cassandra O’ Donnell a su combler mes attentes envers les livres en seulement quelques pages.

Voici un résumé trouvé sur Babelio

Nouvelle-Angleterre, Burlington… Pas de délinquance, élue la ville la plus paisible des Etats-Unis, bref, un petit havre de paix pour une sorcière condamnée à mort et bien décidée à vivre discrètement et clandestinement parmi les humains. Malheureusement, en arrivant ici, je me suis vite aperçue que la réalité était tout autre et qu’il y avait plus de démons, de vampires, de loups-garous et autres prédateurs que nulle part ailleurs dans ce foutu pays. Mais ça, évidemment, ce n’est pas le genre de renseignements fournis par l’office de tourisme. Maudit soit-il..

Aux principes du livre, je n’étais pas très enthousiasmée, la protagoniste avait 25 ans et une fille, le livre est considéré comme livre d’adultes, je me disais que ce serait très différent des livres pour adolescents que j’avais lu dernièrement et qui me plaisaient tant. Mais, finalement ce que j’ai pu aimer ces livres ! Je n’avais jamais lu un livre dans lequel la protagoniste était avait une personnalité aussi forte. Elle représentait tout ce que j’avais toujours voulu devenir, elle était son propre héros. Rebecca ou Cassandra plutôt, nous entraîne d’une aventure à l’autre, plus palpitante et riche en découvertes que les précédentes. Des fois, le mystère est un peu trop grand, un peu trop insoutenable, et ce peut être agaçant de temps en temps, mais c’est une délicieuse souffrance. On ne s’ennuie pas et on ne ressent pas le besoin de sauter des pages comme on peut le faire dans certains livres lorsqu’une description est trop longue ou une scène trop ennuyante. Il se passe toujours quelque chose, le lecteur est tenu en haleine tout au long de la série de livres. On voit cette héroïne formée à ne rien ressentir évoluer au fil des tomes, et en un sens, on évolue avec elle. On aimerait s’y identifier car elle est notre idéal, elle est forte, ne se laisse pas faire, ne se laisse pas rabaisser ni impressionner, elle sait défendre ceux qu’elle aime, elle sait faire les bons choix même si quelques fois elle va un peu trop loin dans la défense de ses convictions, en torturant un muteur par ci, une sorcière par là, etc. On passe du rire aux larmes, du cri de surprise au soupir d’espoir, bref, on aime ce qu’on lis, du moins moi, j’ai adoré.

-lalecturedanslapeauRebecca Kean x4.jpg

Scorpi, Lumière et Ombre se rencontrent

15592584_1309585292432675_243620477_nNouveau livre, nouvel univers. Je l’ai pris au hasard à la librairie, et je l’ai dévoré en moins d’une après-midi. Je n’ai pas réussi à le lâcher des yeux une minute (on croirait que je parle d’un mec mais non, les rageux diront la solitude, moi je dis, quand tu réussiras à m’intéresser plus qu’un livre, reviens me voir). Charlotte, 23 ans, vis banalement sa vie banale comme dans tout bit-lit qui se respecte, sauf un chef qui lui fait un peu trop d’avances et un tueur en série qui fait des dégâts en ville, rien de plus mouvementé. Jusqu’à ce qu’elle trouve un petit garçon adorable nommé Elias devant son immeuble et qu’elle décide de s’en occuper. Lorsqu’elle découvre qu’il est une créature de l’ombre et que sa famille est un coquillage rempli de perles de tueurs à gages, Charlotte est, on pourrait dire, un tantinet bouleversé. Pas le temps de s’en remettre, le frère d’Elias débarque dans sa vie, et Charlotte se retrouve avec deux Hommes plus étranges que quiconque qui vont lui ouvrir les portes d’un univers dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Je me suis beaucoup attachée au personnage d’Elias, il est à la fois adorable et terriblement dangereux pour son jeune âge, bien que maladroit. Son grand frère Adam, n’est malheureusement pas très approfondi comme personnage, mais il me plait quand même, de par ce voile de mystère que laisse l’auteur sur lui, je pense qu’il faut s’attendre à tout. Pour la protagoniste, Charlotte, je ne sais pas trop quoi penser. Je préfère quand les héroines des livres que je lis sont fortes, comme Rebecca Kean, qu’elles n’ont pas besoin que l’on vienne constamment les sauver. Mais je sais qu’à sa place, je n’aurais pas mieux fait. En un sens elle est courageuse car elle a réussi à endurer les harcèlements de son patron pendant longtemps sans prendre de choix irréfléchis mais j’espère que par la suite elle deviendra un peu plus forte encore. J’aime ces livres où la protagoniste devient son propre héros. Ce livre a réussi à me faire rire énormément et à me faire ressentir de l’amour maternel pour un gamin qui n’existe même pas. Je ne prétendrais pas comprendre ce que ressentent les femmes victimes de harcèlements mais ce livre m’a fait réfléchir à tout celà et c’est absolument atroce… Cela ne devrait même pas arriver. Et encore, c’est un doux euphémisme par rapport à la réalité ce qui arrive à l’héroine. Bref, très bon livre, il me faut absolument la suite !

– lalecturedanslapeau

La lecture, refuge de l’âme

Presque un an maintenant que je n’ai plus été présente sur WordPress, non pas que j’ai manqué à quelqu’un ici bas, mais cela m’avait manqué. Et même si je sais pertinemment que personne ne lis mon blog de fanatique littéraire, je prend beaucoup de plaisir à écrire ces articles, à détailler ma passion pour ces trésors de livres. Et peut être que quelqu’un lira ceci et comprendra, partagera les mêmes sentiments que moi pour ces merveilles. En un an j’en ai lu une bonne tonne de livres, à force il m’arrive d’ailleurs de mélanger les histoires mais les livres ont toujours su m’apporter des sentiments et des émotions qui ne s’oublient pas. Chaque livre a son monde, et eux, je ne les mélangerais pas. Il m’arrive de sentir une odeur ou d’entendre une musique qui me rappelle un livre, parce que pendant que je le lisais, cette mélodie douce ou cette senteur sucrée avaient effleuré ce qui restait de moi dans le monde réel et que les mots qui caressaient mes yeux à cet instant même avaient réussi à me marquer à tout jamais. Jamais je ne suis rassasiée de lecture, et j’écris ces mots pour moi plus que pour que quelqu’un ne les voit. Mais si un jour une âme perdue se retrouve dans mes mots, j’en serais plus qu’heureuse. Tout le monde ne comprend pas mes goûts en matière de littérature, certains pensent même que les livres de style bit-lit ou fantastiques de classe YA sont sans fond et pour les jeunes filles aux hormones en ébullitions. Je ne nierais pas le deuxième, certes, les histoires romantiques qu’on y trouve sont on ne peux plus satisfaisantes quand il est impossible de retrouver des hommes dignes des héros de nos livres chéris, mais sans fond, ça non je ne l’accepte pas. Ces auteurs qui ont le pouvoir de nous faire voyager, vivre milles et une vies à travers leurs mots, qui ont le pouvoir de soigner nos blessures sans même les connaître, de nous libérer des chaînes dont la société nous a affublés, rien qu’en laissant libre cours à leur imagination, ces auteurs là, eh bien ils font tout simplement des miracles. Et si j’aime tellement ces livres, c’est parce qu’ils arrivent à me faire me sentir tellement concernée par l’histoire que j’ai l’impression de l’avoir vraiment vécue. Les pages se succèdent entre mes mains, et mon âme se nourrit des mots et des émotions que le livre m’offre. Et même si l’on dit que lire permet d’échapper à la réalité, lire nous permet aussi d’y revenir mieux que jamais. Lire nous apprend à vivre, à chérir chaque jour comme le premier et non le dernier, à voir la vraie valeur des choses. Lorsque je relève la tête de mon livre, tout est plus coloré, tout est changé, je vois les choses différemment. Au fil du temps et de mes lectures, je change, et celle que je deviens me plaît énormément. Le meilleur investissement, c’est ça. La meilleure médecine aussi, pas les psychiatres, pas les médicaments, non, pas ça, mais les livres. Certes, les livres ne guérissent pas du cancer ou ne soignent pas un mental brisé, non, ils ne peuvent pas tuer des soldats ou protéger un village sur le point d’être réduit à néant, on peut dire tout ce que l’on veut, je suis d’accord qu’il y aura toujours des gens pour être pessimistes ou bien même réaliste quand je suis utopiste, mais on ne niera pas que les livres sont une lumière quand il fait noir en nous, un pilier quand le vide nous entoure et que l’on manque de tomber, une chaleur rassurante quand le monde se fait froid. Et bon sang combien de fois les livres ont changé les choses et sauvé des gens, combien de fois ils ont montré leur valeur. La lecture, c’est un refuge pour nos âmes lorsqu’elles ne peuvent plus supporter l’enveloppe charnelle qui les emprisonne.

Phobos- Victor Dixen

Six prétendantes d’un côté.
Six prétendants de l’autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments  séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées.
Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.PHOBOS+de+Victor+Dixen

J’ai dévoré ce livre en même pas 24:00 heures. Il m’a plut je ne vais pas dire le contraire. Mais il y a quelques petits détails qui m’ont géné. Premièrement, il est trop lent. C’est bien qu’il alternent entre les histoires dans le vaisseau et sur terre mais la plupart des histoires sur terre sont monotones et il y a franchement trop de détails de description à mon goût. Les histoires du vaisseau m’accrochaient plus. Le suspens m’a torturé je vous jure c’était atroce, dur de ne pas aller directement à la dernière page pour avoir des réponses ! La personnage principale qu’on surnomme Léo m’a vraiment plût. On dira que je me reconnais en chaque personnage des livres que je lis et ce doit être normal mais là je me suis plus que reconnu. Surtout qu’elle a la même crinière rousse que moi et le même caractère de lion ! Bien sûr je l’ai aussi appréciée parce qu’elle est attachante et même en essayant de garder le contrôle sur tout, elle est super sensible. Et puis je parle pas de Marcus. Si je rencontre un gars comme ça dans la vraie vie c’est l’apothéose, il est parfait ! J’adore la fin avec lui. Le personnage de Mozart par contre m’a tapé sur les nerfs. Celui de Liz aussi ! Bref, j’ai hâte de connaître la suite de cette histoire, la fin m’a laissé sur ma faim ! NOURRISSEZ MOI VITE LA SUITE

En attendant je commence un nouveau livre, Dark Divine ! J’espère qu’il est bien ! Bonne lectures !

Nouveaux achats

IMG_3651 Pour fêter la fin du bac je me suis fait plaisir avec de nouveaux achats ! Oui il y en a qui fêtent ça en se bourrant la gueule, moi c’est en m’achetant des livres ! Quatre nouveaux livres adorés, Passion, le troisième tome d’une de mes séries favorites, Dark Divine, a l’air un peu sombre ( jeu de mot) mais intriguant, Phobos a l’air super, un coup de foudre au premier regard, et les âmes vagabondes, ayant déja vu le film j’espere que ça ne m’influencera pas !

4 nouveau

Lux1Alors, ce livre est celui dont j’ai parlé dans mon premier article, celui qui m’a donné l’idée et l’envie de créer mon blog littéraire. On y découvre Katy, une adolescente qui, après le décès de son père, déménage dans un coin paumé de Virginie Occidentale. Elle a l’habitude de se réfugier dans ses livres et de ne pas trop sortir ce qui m’a beaucoup fait penser à moi, surtout quand elle reçoit des nouveaux livres elle est super excitée du coup ça m’a bien fait rigoler, du moi tout craché! Personne ne lis son blog mais sa lui est égal elle écrit pour le plaisir et je me reconnais la dedans, une ado banale et un blog banal. Ses nouveaux voisins ne sont cependant pas des ado comme les autres, ce sont deux jumeaux, une fille et un garçon de son âge Daemon et Dee Black, anormalement magnifiques, de vrais mannequins comme on en voit à la tv et dans les magasines, la fille étant adorablement gentille et amicale, le garçon étant insupportablement arrogant! (le genre qu’on aime détester). Au fil du livre elle développe une haine et une attirance exquise pour Daemon et une amitié incomparable pour Dee, sentiments qui vont lui faire découvrir la vraie nature de la famille Black, famille qu’elle aurait peut-être mieux fait d’éviter mais quand tout vous crie de vous en approcher, difficile de résister à la tentation…

J’ai dévoré ce livre en une soirée, soit 378 pages en 4 heures, pas compliqué quand un livre vous plaît. Je pense que c’est surtout l’arrogance de Daemon qui m’a fait craquer dans ce livre je dois l’avouer ! Et aussi le fait que Dee soit si adorable, j’aimerais beaucoup avoir une meilleure amie comme elle ! L’intrigue est poignante, franchement j’ai adoré ! Katy est une grande rêveuse pas très maligne si vous voulez mon avis, je me retrouve donc facilement dans le personnage et c’est ce qui me plaît quand je lis, ça me permet de me mettre à sa place pour mieux rêver haha! Je vous conseille ce livre! Encore une fois, c’est plus un livre pour les adolescentes de 12 à 18 ans, comme la plus-part des livres que je lis d’ailleurs. Mes favoris !