Caraval, ou se perdre dans un labyrinthe d’incertitudes 

/B​ienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il sagit d’un jeu.. Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà du portail est réel, mais ce n’est qu’illusions. Prenez gare à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques , mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne s’en réveille pas../
Prenez garde à ce livre, à ne pas trop vous laisser emporter, car après y avoir été aspiré, il est très difficile de s’échapper du monde, ou plutôt même de l’univers qu’a crée Stéphanie Garber. Plus je lis de livres et plus je suis fascinée par la capacité qu’ont les humains à imaginer de si grandes choses, mais aussi et surtout, à réussir à les mettre à l’écrit. C’est un exploit que de parvenir à mettre en mots l’élément sans fin qu’est l’imagination. Ce serait comme matérialiser l’infini. Et c’est ce que fait Stéphanie Garber dans son ouvrage à la hauteur d’une autre auteure que j’apprécie énormément, Christelle Dabos. Caraval et la passe miroir sont aux opposés mais pourtant le détail de chacun de ces imaginaires m’a paru intéressant et semblable. Deux gouffres de beauté, deux lieux magnifiquement décalés où se perdre.

On évolue avec l’héroïne comme on peut le faire dans les oeuvres de Christelle Dabos, on la voit changer peu à peu, devenir plus qu’un simple personnage de livre. Scarlette est très attachante mais peut également être agaçante par certains moments, ce qui me fait aimer d’avantage sa personnalité, qui est d’autant plus réaliste. En effet on s’y identifie de par ses erreurs, de par son indécision et aussi de par le fait qu’elle ne sait pas vraiment qui elle est. Chaque personnage est aussi mystérieux que le spectacle qui s’offre à nous au fil des pages, et le jeu Caraval est comme une métaphore du livre lui même. On se perd réellement en lui, et l’auteure fait tout pour nous convaincre que ce qui se déroule sous nos yeux, ce qui coule le long de ces lignes, est réel. Et on veut bien la croire. Parce que c’est notre réalité à l’instant de la lecture, et que cette réalité est aussi perturbante que fantastique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s